I come back !

Bonjour à Toutes et Tous !

Me voilà de retour et j’en suis très heureux . J’espère que pour vous cela ne fut pas trop long, car, pour moi, j’ai eu la sensation d’un grand manque de partage. L’ordinateur est opérationnel et j’espère pour un bon bout de temps. Je vous rappelle qu’il est important, à mes yeux, de laisser dans vos commentaires, vos sensations, vos ressentis..Je sais que pour certains c’est difficile, mais c’est le premier pas qui compte, alors n’hésitez pas !

Stand by

Bonsoir à vous toutes et tous,

Vous avez, sans doute, remarqué qu’actuellement il n’y avait pas de publications, et j’en suis désolé. La raison est que je n’ai plus d’ordinateur… J’espère que dans un avenir proche tout cela soit résolu…mais mes ressources sont faibles. En attendant, je fais mon possible pour y remédier…et de pouvoir vous apporter un peu de plaisir par mes photos et mon regard sur les éléments de la vie qui nous entourent. J’espère à bientôt !

Un peu d’histoire !

Lors d’un séjour sur Clermont-Ferrand ( Puy de Dôme), j’ai pu visiter la commune de Montferrand, ancienne citée médiévale située , maintenant, dans un des quartiers de Clermont-Ferrant. Aussi, je vous propose de faire mieux connaissance avec ce lieu.

La ville de Montferrand a été créée par le comte Guillaume VI d’Auvergne vers 1120 dans le contexte de conflits avec la ville voisine de Clermont, cité de l’évêque et son allié le roi de France. La ville de Montferrand, ancienne bastide, était une ville comtale d’Auvergne, rivale pendant plusieurs siècles de la ville de Clermont, cité des évêques, et unie à cette dernière le 15 avril 1630 par l’édit de Troyes (premier édit d’Union). Cette union fut confirmée et rendue effective en 1731 par Louis XV avec le deuxième édit d’union. Désireuse de garder son indépendance, la ville de Montferrand fit quatre demandes d’indépendance en 1789, 1848, 1863 et 1911.

De cette décision hautement politique, Montferrand, ancienne ville royale, ne se releva pas. Les dispositions qui visent à dédommager et à compenser cette perte (exemption pendant cinq ans de toutes les tailles, implantation d’un collège jésuite, maintien des consuls et de certains officiers du bailliage…) n’évitent pas le déclin. Les projets de constructions publiques et privées dans l’ « entre-deux-villes » ne se firent pas. Malgré les protestations, les demandes d’intercession auprès du roi, le destin de la cité était joué. Il fut définitivement scellé, en 1731, par un édit de l’intendant Trudaine confirmant le premier. Clermont et Montferrand sont bien devenues Clermont-Ferrand.

Dans un petit renfoncement de la rue de la Rodade, à l’emplacement d’une ancienne maison, est installée la borne qui marquait autrefois la limite entre les territoires de Clermont et de Montferrand au pont de la Grioule (un ouvrage enjambant la Tiretaine au bas de l’actuelle avenue Barbier-Daubrée).

Aujourd’hui, Montferrand est un quartier de la ville-unie de Clermont-Ferrand mais qui conserve une certaine autonomie par son éloignement géographique du centre-ville que forme l’ancien Clermont et possède une mairie annexe. Les habitants du quartier de Montferrand sont appelés les Montferrandais. Ils sont surnommés les Mulets Blancs. Le terme apparaît déjà dans les années 1820 dans les écrits du poète clermontois Charles-Antoine Ravel.

Lors de ma visite de Montferrand, j’ai pu apprécié les diverses maisons à encorbellement, mais aussi la maison de l’apothicaire, l’église Notre- Dame -de- Prospérité, les très belles portes et plein d’autres bâtiments qui font l’âme de ce lieu.

Maison à encorbellement
Maison de l’Apothicaire
Maison de l’échauguette
Intérieur de l’ église Notre-Dame-de- Prospérité
Rosace de l’église de Notre-Dame-de- Prospérité

Entièrement bâtie en pierre de Volvic, en style gothique languedocien, Notre-Dame-de-Prospérité a été édifiée en plusieurs campagnes. Sa construction a commencé en 1304 pour s’achever par l’élévation des deux tours dans la deuxième moitié du XVIème siècle. L’édifice mesure en oeuvre 47.50m de long pour 18.30m de large et 18m du dallage à l’intrados de la voûte. La nef unique est composée de six travées droites, voûtées sur croisées d’ogives.

Le flanquement des courtines était assuré par trois types de tours : soit quadrangulaires de grandes ou petites dimensions, soit plus rarement semi-circulaires. Toutes dominaient le chemin de ronde des courtines. Elles ont été équipées plus tard de tours d’artillerie. Les murailles, autrefois crénelées, atteignaient une hauteur considérable (près de 12 mètres), mais leur parement extérieur était en partie masqué par un fort talus incliné, protégeant leur base.

Voilà quelques lignes qui, j’espère, vous aura donner envie de visiter ce lieu ! Les sources de ces informations viennent de: Wikipédia et de https://www.paysdauvergne.fr/puy-de-dome/montferrand.html .

 » La petite fille à la larme »

 » La petite fille à la larme » , photo réalisée en Inde , 2016, dans un temple du XIII ème siècles dans le secteur de Mysore ( état du Karnataka ) et reconnue pour publication comme Master au mois d’avril 2021 sur le site : GROUP FOR PHOTOS. Franchement, j’en suis très heureux et j’espère qu’un jour j’aurai la chance de pouvoir de nouveau exposer , transmettre à travers mon œil de photographe l’histoire qu’il y a derrière chaque cliché mais surtout mon émotion, ma sensibilité et mon approche sur ce qui m’entoure.

Secrets intimes

Secrets intimes dans une rue de Grenoble ( Isère, France) ! je trouve cette forme de Street Art intéressante à photographier car , en tirage photo, cela rends très bien en exposition chez soi . Mars 2021